Baisser le prix du prix du droit d’accès pour éliminer les sans-cartes ?

Baisser le prix du prix du droit d'accès pour éliminer les sans-cartes ?

Alors que les débats sur le prix du droit d’accès sont toujours présents sur Internet, de nombreuses personnes avancent l’hypothèse qu’en appliquant une baisse significative du prix du droit d’accès, il y aurait moins de délinquance.

À première vue, ceci semble avoir du sens, mais la réalité est malheureusement une tout autre chose. En effet, l’histoire nous dit que même si les tarifs étaient réduits de moitié, il y aurait toujours un bon nombre de personnes qui continueraient à circuler dans les sentiers sans être détenteur d’un droit d’accès.

En effet, c’est un fléau aussi vieux que le réseau de sentiers. Même à l’époque où les droits d’accès étaient vendus $150, $175 ou $200, il y avait de la délinquance. La preuve : On avait besoin d’agents de sentiers pour vendre des droits d’accès en sentiers. C’est vrai aujourd’hui, c’était vrai il y a 5 ans, 10 ans ou même 15 ans.

Pas convaincu ?

Prenons par exemple ce qui se passe en ce moment même chez nos amis quadistes au Nouveau-Brunswick. Le prix du droit d’accès en 2020 pour circuler en sentiers surfacés est de $96 alors que celui pour sentiers non surfacés est de $46.

Vous vous dites sans doute qu’à ce prix-là tout le monde achète leurs droits d’accès au Nouveau-Brunswick. Erreur ! Lors d’un entretien téléphonique avec M. Jacques Poirier, Directeur Général de Quad NB (Fédération des Clubs de Quad du NB), il nous indiquait que la délinquance était préoccupante dans la province et qu’il estime prudemment qu’entre 15% et 20% des quadistes qui roulent dans les sentiers fédérés n’ont pas de droit d’accès. Je prends la peine de rappeler que le prix du droit d’accès estival au NB est de seulement $46 et déjà là on a près de 20% de délinquance.

Alors croire que seulement le fait d’abaisser le coût du droit d’accès réglerait tous les problèmes de membership au Québec est illusoire. C’est malheureusement la nature humaine. Il y aura toujours des gens qui feront fi des lois ou des règlements ou qui, dans le cas qui nous intéresse, décideront de ne pas acheter leur droit d’accès. De plus, bon nombre de ceux qui ont pris l’habitude de ne pas se procurer leur vignette ne le feront pas plus même si la baisse du coût était significative. Pour eux, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas se le procurer.

Tour de la Gaspésie 2022 - Jour 5

Malheureusement, la solution miracle n’existe pas !