Le respect en sentier Quad

Pour une grande majorité d’adeptes, la pratique de l’activité quadiste se veut une activité de ressourcement et de détente. Les moments passés à bord de nos engins nous permettent de cumuler de nombreux souvenirs que nous garderons en mémoire longtemps.

La circulation en sentier Quad fédéré demande cependant une ligne de conduite pour un mariage harmonieux entre les propriétaires terriens et les utilisateurs. Dans le cas contraire, nous serions confrontés à une anarchie. Ces règles imposent un respect et permettent une pérennité de notre sport.

Néanmoins, une minorité fait du tort à notre activité par des gestes et des attitudes que nous voulons dénoncer. Même si ces gens ne sont qu’un infime pourcentage, ils font du dommage et un outrage à ceux qui travaillent à faire développer l’activité du quad.

Restez dans le sentier!

Il me semble que c’est très évocateur et cela ne porte pas à interprétation. Restez dans le sentier balisé, car c’est la portion de terrain qui est autorisé de circuler. Pourquoi utiliser un raccourci pour sauver du temps? N’est-ce pas une activité où nous voulons au plus haut point demeurer le plus longtemps possible sur nos véhicules? Pour ma part, offrez-moi le choix entre deux itinéraires, et je choisirai le plus long possible.

Il est de notre devoir également de consulter préalablement l’application IQUAD et la page Facebook du ou des clubs que nous voulons visiter pour nous assurer de l’ouverture des sentiers. Et surtout, restez dans les balises établies pour garder nos droits de passage intacts. Dans le cas contraire, c’est la majorité des adeptes qui en subiront les conséquences.

Imaginez également les maux de tête et les coûts reliés à la relocalisation d’une portion de sentiers perdue par la résiliation d’un droit offert par un propriétaire. Dans ce cas-ci, ne faites pas partie du problème, mais plutôt de la solution.

Base de fixation LinQ grand format pour les Commander

Avez-vous votre droit d’accès?

Ooooohhhhh, voilà une question qui demande réflexion, car il semblerait que certains adeptes en font…. l’oubli. Et oui, quelques quadistes circulent en sentier fédéré en ayant omis de faire l’achat du droit d’accès en ligne auprès de la FQCQ. Vous êtes probablement au fait qu’il est essentiel, obligatoire et primordial d’en posséder un, que ce soit annuel, estival, de séjour (3 jours consécutifs) ou à la journée.


« Ben voyons, c’est donc ben cher!! » Peut-être que certains font ce commentaire en voyant le coût rattaché à ce privilège de circuler en sentier fédéré. Sachez chers récalcitrants, qu’il y a un coût pour l’entretien des sentiers et sa signalisation. Des milliers de bénévoles portent à bout de bras cette fierté québécoise et nous assurent des sentiers sécuritaires et bien entretenus. Cependant, il y a des frais fixes auxquels les clubs quads ne peuvent échapper.

De plus, il va de soi de posséder un droit d’accès en règle. Je ne comprends pas qu’une majorité soit encline à se payer des véhicules d’un coût aussi élevé et faire la grimace quand vient le moment de posséder l’autorisation de circuler sur notre si beau réseau qui fait l’envie de milliers de gens sur la planète. Notez bien que si vous êtes interceptés en sentier et que vous n’avez pas votre droit d’accès valide, vous devrez débourser 500$ pour en faire l’acquisition sur place.

Pour circuler en toute légalité sur les sentiers, les amateurs de quads doivent non seulement se procurer un droit d’accès, mais ils doivent également détenir une assurance responsabilité civile d’au moins 1 000 000 $, tel que la Loi sur les véhicules hors route l’exige.

 

Le respect des agents de sentiers et des policiers de la Sûreté du Québec.

Dans mon métier de chroniqueur et de journaliste de véhicules hors-routes, j’ai la chance de côtoyer plusieurs intervenants du milieu. Lors d’évènement ou lorsque je circule en quad, j’ai droit à beaucoup de confidences concernant la réaction exagérée de certains adeptes qui sont interceptés aux points de contrôle.

Nos casques protecteurs, un accessoire à ne pas négliger!

À vrai dire, certains agissements me déçoivent et me questionnent sur la nature humaine. Pourquoi avoir de la haine et un comportement aussi odieux envers ceux et celles qui œuvrent à faire respecter les lois et règlements des véhicules hors-route?

Ces règlements sont tout simplement mis en œuvre pour une utilisation harmonieuse de nos véhicules. Ces hommes et ces femmes ne sont là que pour vérifier leur application. Pour ma part, je préfère me présenter à un point de contrôle avec une bonne attitude ainsi que mes documents valides en main. De cette façon, je m’assure d’être reçu de façon courtoise et de pouvoir repartir aussi rapidement que je suis arrivé. N’est-ce pas la bonne attitude à adopter?

Dans le cas contraire, ils peuvent également vous rendre la pareille. Une attitude moribonde de votre part pourrait vous attirer une inspection plus approfondie qui pourrait s’étirer en temps. Pour ma part, je préfère m’exempter d’un tel exercice.

Est-ce que ce sont les nouveaux adeptes qui n’ont pas compris le fonctionnement général? Est-ce que la pandémie a créé une anxiété qui ne se dissipe pas même lors de la pratique d’une activité pourtant relaxante en corrélation avec la nature? Est-ce que »Gérard’ veut se montrer plus arrogant en présence de ses »chums »? Tout compte fait, nous n’avons pas la réelle réponse, mais il y a un fait qui persiste: certains adeptes n’ont pas la compréhension du terme »RESPECT ».

Il faut mettre en perspective les bienfaits d’une telle présence sur les sentiers de nos agents. En plus de vérifier la validité des droits d’accès et des documents nécessaires, ils veillent à faire respecter les limites de vitesse imposées. Imaginez le scénario où « Gérard », avec son tout nouveau côte à côte hyperpuissant turbocompressé, roule à fière allure avec la pédale au plancher, “comme s’il n’y avait pas de lendemain”. Il serait un danger pour tous, incluant lui-même. Une petite famille voulant passer du bon temps de qualité ne voudrait pas rencontrer cet individu dans une courbe. La présence d’agents de sentiers est là pour décourager ce genre de comportement.

Sondage – Quel type de quad conduisez-vous ?

Imaginez une fois de plus notre beau « Gérard » qui s’est apporté quelques boissons alcoolisées et qui abuse de ce liquide explosif lorsque jumelé avec l’utilisation d’un quad. La présence d’un barrage policier ainsi que d’agents auront tôt fait de retirer cette menace de nos sentiers.

En conclusion, ayons du respect lors de la pratique de notre activité. Soyons des exemples à suivre et un modèle pour nos amis et notre famille. Et finalement, ayons une approche civilisée envers les gens qui sont les artisans de notre sport.