Appareils GPS ou téléphone intelligent comment s’y retrouver ?

Appareils GPS ou téléphone intelligent comment s’y retrouver ?

Je me considère comme une personne qui adore les gadgets électroniques. Que ce soit dans la vie courante ou encore dans le cadre de la pratique de mes passions, je suis celui qui a toujours le plus de « bébelles » à installer avant de prendre le départ pour une randonnée de groupe. Caméras GoPro, caméras portables, drone, camera Reflex (DSLR)… Si c’est pratique pour mes reportages ou pour me retrouver dans les sentiers, il est fort à parier que vous le retrouverez quelque part sur mon véhicule.

Ainsi, comme vous l’aurez probablement deviné, je roule presque toujours avec un appareil GPS fixé sur mon quad. Bien entendu, lorsque les gens voient l’appareil GPS, ils me demandent souvent si cela vaut la peine et pourquoi ne pas simplement utiliser mon cellulaire avec l’application iQuad ?

Le but de cet article est d’essayer de démêler tout cela avec vous. Que l’on désire utiliser un appareil GPS ou encore un téléphone intelligent, il faut comprendre que chacun a ses avantages et ses inconvénients.

Téléphone intelligent et iQuad

À moins que vous ayez passé les 10 ou 15 dernières enfermées dans un monastère au fin fond d’un pays obscur, vous êtes au courant que les téléphones intelligents font partie de notre quotidien. C’est un phénomène de société et toutes les sphères de la vie courante n’y échappent pas. Par exemple, même le code de la sécurité routière est frappé de plein fouet par la dépendance des gens à ces appareils.

Naturellement, le monde du quad ne fait pas exception. Pour quelques dollars, on peut donc installer l’application iQuad sur notre « cell » et en quelques minutes, on se retrouve avec le réseau complet des sentiers sous les yeux. Après avoir été installée, l’application iQuad peut être utilisée dans les sentiers même si vous n’avez pas de signal cellulaire. En effet, les cartes sont intégrées dans le logiciel et tout ce dont nous avons besoin est la fonctionnalité GPS de l’appareil.

Personnellement, j’utilise régulièrement iQuad lorsque je n’ai pas mon GPS avec moi. En quelques secondes, je vois le sentier sur lequel je me trouve et je peux décider de mon itinéraire. L’endroit où je l’utilise le plus fréquemment, c’est lorsque j’arrive à une intersection et que la signalisation est absente ou ambiguë.

Dès que je sais par où aller, je range mon appareil cellulaire et je reprends mon chemin. La combinaison téléphone intelligent/iQuad a plusieurs avantages. En effet, pour quelques dollars, on peut installer l’application et comme on a déjà notre appareil, c’est une solution très économique. En fait, c’est l’option la plus économique et la plus simple qui nous est offerte.

D’un autre côté, la grande majorité des appareils cellulaires ne sont pas résistants à l’eau et encore moins à la poussière ou la boue. L’hiver, bon nombre d’appareils ne supportent pas le froid et s’éteignent même si votre batterie est pleine. Parlant de batterie, le froid affecte aussi la durée de celle-ci. Il faut donc prendre grand soin de notre cellulaire lorsqu’on l’utilise en quad puisqu’il s’agit d’un appareil qu’on se sert dans le cadre de nos activités quotidiennes ou même professionnelles.

Appareil GPS

Je possède un appareil GPS depuis une vingtaine d’années. Au départ, c’était un outil de mon kit de chasse qui me permettait de marcher à travers le bois. Le GPS complétait alors mon duo de carte topographique et de boussole. Je pouvais donc savoir en quelques secondes l’endroit exact où je me situais sur la carte. À l’époque, mon GPS ne me donnait que la coordonnée où je me trouvais avec une erreur d’environ 10 mètres. Pas de petite carte sur l’affichage. Cela a bien évolué depuis. Le GPS s’est démocratisé et il est devenu beaucoup plus accessible. En fait, on n’a plus vraiment besoin de carte papier ou de boussole pour marcher dans le bois. Je les traîne encore à la chasse, mais comme « backup » principalement.

Mon appareil actuel est un Garmin Montana 650 et comble tous mes besoins. Je dirais que je n’utilise qu’environ 5 % ou 10 % des fonctionnalités qu’il offre. Ce modèle est muni d’un réceptacle pour y mettre une carte mémoire de type micro-SD. On retrouve sur le marché bon nombre de fond de carte, mais celui que j’utilise le plus est celui fourni avec TrakMaps Quad (Version Québec).

Comme j’aime avoir accès au GPS tout en roulant, j’installe sur mon quad un support spécifiquement conçu pour le Montana. Je branche le GPS sur la prise 12 volts et me voilà prêt à parcourir les sentiers. Comme l’appareil est complètement étanche, pas de dangers s’il y a de la pluie, de la poussière, de la neige ou de la boue. En préparation pour une randonnée, je branche mon GPS sur mon ordinateur et je copie le tracé du trajet. On peut aussi garder une copie d’un parcours ou de points de référence (Waypoints) sur notre ordinateur.

Au moment du départ, je choisis le tracé désiré et il se superpose par-dessus les sentiers de quad (supposant que le tracé est seulement sur les sentiers de quad). Bref, il suffit alors de suivre le tracé. En plus des sentiers, TrakMaps offre le fond de carte topographique avec les courbes de niveau, les cours d’eau, les routes et chemins. C’est très pratique. Par exemple, les courbes de niveau peuvent m’indiquer un bon endroit pour m’arrêter pour prendre des photos du groupe de quad qui me suit. Je fais donc mon choix tout en roulant.

Les avantages de la combinaison appareil GPS/TrakMaps sont nombreux. Pour ma part, le fait de voir en tout temps la carte, le tracé ainsi que ma position tout en roulant est un incontournable. Comme l’appareil est résistant aux intempéries, j’ai l’esprit tranquille. Je peux aussi avoir les tracés pour plusieurs jours et conserver les parcours des nouveaux coins que je découvre en suivant un groupe d’amis. Je peux finalement échanger des tracés avec des amis aisément.

Le plus gros inconvénient est le coût pour acheter un appareil GPS ainsi que l’ensemble offert par TrakMaps.

Prochainement, sur InfoQuad.com, nous publierons un article d’essai plus approfondi sur l’utilisation de TrakMaps.

En conclusion, les deux options présentées dans cet article sont intéressantes. Avant d’opter pour l’une ou l’autre, il est important de déterminer vos besoins réels. Dans l’incertitude, je suggère de débuter par la moins dispendieuse et de voir si cela répond à vos besoins.

Bonne randonnée !