Chaque hiver, nous nous évadons pour une petite fin de semaine de quad vers une destination renommée pour l’excellence de ses repas.  Nous avions tenté à quelques reprises de réserver au Manoir du lac William sans succès, alors cette année, nous avons réservé très tôt…  Je n’aurais pas pensé que nous serions encore en pleine pandémie avec toutes les mesures sanitaires d’une zone rouge.  Salles à manger fermées, pas de restaurant pour nous arrêter en chemin, les masques et tout le tralala n’ont rien enlevé au super beau voyage que je vous partage ici.

Nous avons été très chanceux avec notre choix de date, car la fin de semaine précédente, il faisait extrêmement froid et la semaine suivante il faisait au-dessus de zéro. Notre point de départ est le stationnement du club de chasse et pêche de Sainte-Marie de Beauce pour un trajet d’environ 170 km jusqu’au manoir.  La température est idéale avec -9 degrés et un ciel dégagé.  Nous sommes trois véhicules, un côte-à-côte et deux quads, chacun avec un GPS et le trajet planifié.

Fonctionnement

Ainsi équipés, nous pouvons faire la rotation du véhicule de tête:  à chaque intersection (ou après quelques kilomètres), le véhicule de tête s’arrête et se positionne en pointant la direction à prendre et les deux autres le dépassent.  Lorsque le deuxième véhicule passe à côté de celui qui est arrêté, il reprend sa route en queue de peloton et ainsi de suite.  Cette façon de rouler offre plusieurs avantages:

  1. Chacun a la chance d’être en tête de peloton ;
  2. Il n’est pas nécessaire de toujours être en visuel du quad précédent ;
  3. Advenant qu’un véhicule rencontre un problème, les deux autres sont arrêtés.  Si personne ne vient les rejoindre, ils savent qu’un problème est survenu à l’arrière et ils rebroussent chemin rapidement ;
  4. Ceux qui suivent le meneur peuvent rouler sans se soucier du trajet à suivre et profiter du moment.
Passer du droit d’accès à la carte de membre… Pourquoi pas ?

C’est un départ!

Dès le départ, nous traversons la magnifique passerelle de Sainte-Marie, une construction de 207 mètres de long qui surplombe la rivière Chaudière.  Les sentiers sont achalandés avec cette belle température et nous croisons plusieurs groupes.  Malgré toute notre prudence, nous avons connu quelques difficultés avec des enlisements en bordure de sentiers.  À chaque fois, les deux groupes qui se sont croisés se sont arrêtés pour aider le véhicule enlisé, une très belle démonstration d’entraide et de camaraderie.

J’ai bien sûr tiré la pipe à mes compagnons de route et pris des tonnes de photos de leurs fâcheuses positions.  Fort heureusement, lorsque je me suis à mon tour enlisé, ils étaient à l’avant et c’est grâce à un généreux motoneigiste que je me suis épargné la vengeance de mes compagnons.  Je me suis faite discrète sur ce petit moment d’égarement et à ce jour, ils n’en savaient rien…

Des repas en chemin

Nous avions prévu deux dîners en sentier et étions bien équipés pour faire chauffer nos repas sur nos petits réchauds (voir mon article sur les repas en sentier).  Après un bon ragoût de boulettes maison, nous poursuivons dans un décor féérique.  Le ciel s’est voilé, mais le soleil arrive presque à percer et il tombe une petite neige qui fait disparaître le quad qui me précède dans une espèce de brume enveloppante.

Avec la journée qui avance, de profondes roulières se forment sur les sentiers achalandés.  La conduite devient plus difficile et je me fais brasser de gauche à droite.  J’ai beau essayer de ne pas rester dans les roulières, c’est peine perdue.  Nous devons réduire notre vitesse de croisière et c’est vers 17h00 que nous arrivons au Manoir du lac William.

L’arrivée

Nous prenons possession de nos chambres et nous laissons nos quads dans le garage chauffé juste en face du manoir.  Le site est magnifique avec ses coins de feu, la patinoire sur le lac éclairée aux flambeaux et la piste de motoneige qui le traverse.  L’endroit offre plusieurs activités comme le patin, le fatbike, la raquette, etc., mais notre repas est prévu à 18h00, ce qui nous laisse à peine le temps de nous préparer et de nous reposer un peu.

Le Festival VHR 2022 – Tout un succès !

Lorsque j’ai appris que la salle à manger était fermée et que nous aurions nos repas à la chambre, j’étais un peu déçue.  Finalement, ce fut une expérience que je referais.  Nous avions une belle table juste à côté de la porte patio d’une chambre très grande qui rendait l’expérience intime et agréable.  Le souper fut à la hauteur de mes attentes (passablement élevées) et très généreux. J’ai abandonné au 4e service.

Le déjeuner du lendemain fut tout aussi gargantuesque.  Une assiette chaude avec quiche, croissant, saucisses, bacon, patates, etc., et une assiette froide avec saumon, charcuteries, fromages, fruits chacun.  Bien repus, on frappe encore à notre porte et mon chum a toute une surprise en découvrant qu’un dessert accompagne le déjeuner: les crêpes Suzette et leur coulis… Je cite: “Esti…C’est malade”.

Le retour

Le retour de 180 km s’est fait sous un beau soleil.  Notre boucle nous a fait passer par Black Lake et Thetford Mines où les montagnes de graviers sortis des mines tout enneigées donnaient un air martien au décor.  Les sentiers étaient très beaux et solides, car à plusieurs endroits la neige était poussée, ce qui élimine presque totalement les roulières.  Sans le savoir, notre trajet nous a fait passer par beaucoup de rangs, ce qui enlève un peu de magie aux sentiers, mais d’un autre côté cela nous a fait gagner du temps et nous sommes arrivés à nos remorques vers 15h30.

L’accueil, la courtoisie, le service et la table du Manoir du lac William sont vraiment dignes de mention.  Il s’agit d’une destination que je recommande et que je referai certainement.