L’importance de rester dans les sentiers balisés

Les sentiers hivernaux commencent à ouvrir, les machines sont prêtes, nos habits sont propres et nous sommes fin prêts à sortir. Dès les premiers kilomètres, je m’aperçois déjà que certains sentiers ne passent plus aux mêmes endroits et que de nouvelles signalisations ont élu domicile. La plupart du temps, ce sont ces fameuses pancartes ‘droit de passage fragile’. Comme à chaque année, je me pose la question, mais pourquoi?

C’est pourtant simple d’y répondre me direz-vous. Mais le problème est récurrent saison après saison. Souvent les sentiers balisés et/ou la signalisation, ne sont pas respectés. Et pourtant les propriétaires terriens ne demandent pas grand chose, seulement un peu de respect et de civisme. Comme par exemple, les arrêts. Souvent ils sont là pour faire réduire la vitesse et bien entendu, pour délimiter une intersection. J’ai un bon exemple d’une situation qui ne devrait pas arriver. Mon collègue est propriétaire d’une belle cabane à sucre où je vais parfois pour l’aider quand le temps vient de récolter l’eau d’érable. La tournée se fait avec un VTT sur chenille et le sentier pour récolter l’eau passe une seule fois à travers un sentier fédéré. Quand arrive LA fois où il doit emprunter le sentier fédéré, il se fait klaxonner et se fait crier des insultes qu’il n’a pas affaire là. Un peu plus tard dans cette même journée, il trouve des canettes et un restant de lunch prêt d’un arbre où des quadistes ont élu leurs campement pour dîner. C’est ce genre de comportement qui fait perdre des droits de passage.

On retrouve ce même genre de comportement aux abords des champs cultivables. Les clubs passent une bonne partie de leur temps avec les propriétaires terriens à établir à quel endroit le sentier devrait passer pour accommoder tout le monde. Comme vous l’avez remarqué, les sentiers passent presque toujours sur le côté des champs. Tout ceci dans le but de ne pas endommager la récolte dû aux nombreux passages des quads. Encore une fois ici, les déchets ne font pas bon ménage avec la récolte. Imaginez une canette qui a été jetée dans une plantation de maïs. Un coup la machinerie passée, l’épis se retrouve dans un broyeur avec la canette et cette moulée est donnée aux animaux. Je ne suis pas expert, mais des morceaux d’aluminium dans l’ estomac, ça ne doit pas être fameux pour la santé du bétail…Vous comprendrez donc la réticence de ces propriétaires à accepter le passage des quads sur leurs terres.

Tour de la Gaspésie 2022 - Jour 7

Tout ceci est dans le but de sensibiliser chacun d’entre vous à faire usage du plus grand respect en sentier. Que ça soit envers les propriétaires terriens ou tout simplement entre “crinqués” de sport motorisé. Alors en ce début d’année, on pourrait tous prendre une résolution : celle d’être un meilleur utilisateur des sentiers fédérés. La pérennité de nos sentiers en dépend.