Nos si beaux sentiers

En matière de véhicule hors-route, une chose est encore plus importante que le type de véhicule, son entretien, sa marque ou son modèle, une chose sans laquelle tout le reste serait impossible : des sentiers praticables et sécuritaires. Plusieurs facteurs sont à considérer, dont leur entretien constant en toute saison ainsi que le respect de cet entretien. C’est dans cette optique que je présenterai les règles de base en lien avec nos sentiers si précieux, peu importe leur nature, leur club d’appartenance ou même certains sentiers sur les terres de l’état comme les Zecs.

Les sentiers l’été

Si on parle d’entretien des sentiers d’été, il y a plusieurs choses à considérer. Premièrement, un sentier d’été de qualité et praticable demande beaucoup d’entretien et ce, à chaque année. Par entretien, je veux dire veiller à ce que le sentier demeure praticable et amusant à utiliser. Il s’agit souvent des coûts principaux pour les clubs membres de la FQCQ et aussi pour les Zecs. Il faut veiller à ce que le sentier demeure sécuritaire en solidifiant les ponts qui traversent les divers plans d’eau, car ce genre de bris peut coûter la vie à des quadistes.

Les ponceaux que l’on nomme parfois les « calvettes » doivent être vérifiés, débouchés, recouverts convenablement et on doit veiller à ce que leurs embouchures ne soient pas bloquées par le travail acharné des castors. Car effectivement, les castors font vraiment la vie dure aux ponceaux puisque leur nature est de construire des barrages un peu partout, spécialement aux extrémités des ponceaux. Comme il n’est pas question d’éliminer les castors, car nous sommes des écologistes, il faut parfois aller jusqu’à relocaliser ces castors dans un autre endroit, ce qui demande l’embauche d’un piégeur qui sait travailler sans blesser l’animal. Cette pratique suscite encore des coûts supplémentaires pour les clubs.

Passer du droit d’accès à la carte de membre… Pourquoi pas ?

Il faut aussi toujours veiller à bien niveler les sentiers avec une niveleuse. Il y a différents types de niveleuses à différents prix, tout dépend des moyens de chaque club. Le nivelage consiste à gratter les surplus de terres pour égaliser le sentier tout en tapant celle-ci avec une niveleuse attachée derrière le tracteur. Cet exercice fait ressortir les roches de différentes tailles, c’est là que le travail des bénévoles est apprécié pour le ramassage de celles-ci. Il faut souvent réparer des portions de sentiers au printemps à la suite de la fonte des neiges. Il y a des crevasses à remplir, de la terre à étendre pour égaliser le sentier ainsi que du grattage intensif pour réparer les dommages causés par les contrevenants qui ne respectent pas les périodes de fermeture lors de la fonte. Ces contrevenants endommagent fortement nos sentiers en créant de profondes roulières, des trous, des crevasses, qui seront ensuite empirés par la fonte et les pluies printanières. Il est ainsi primordial de respecter les demandes des clubs lorsque vient le temps de cesser d’utiliser les sentiers pendant quelques semaines au printemps. Profitez-en donc pour faire vos entretiens de véhicules! Il y a aussi la coupe des arbres tombés qui entre dans la catégorie « entretien des sentiers » et ce, en toute saison.

Les sentiers l’hiver

Pour ce qui est de l’entretien des sentiers hivernaux non partagés avec les sentiers de motoneige, c’est une autre histoire. Les sentiers de quads sont entretenus l’hiver d’une manière vraiment différente des sentiers de motoneige. C’est pourquoi les motoneigistes ne partagent jamais à 100% leurs sentiers avec les quadistes. Vous comprendrez que la neige est volatile, molle et facile à creuser tout en créant d’énormes roulières très rapidement.

L’entretien des sentiers l’hiver tourne alors essentiellement à effectuer un nivelage constant, très couteux en essence et en opérateur, lorsque les clubs ont très peu de bénévoles pour effectuer le travail. Un sentier de quad, contrairement à un sentier de motoneige, doit avoir un fond dur avec le moins de neige possible sur celui-ci, tout en gardant en tête qu’il doit y en avoir assez pour ne pas endommager les portions de sentiers hivernaux qui passent sur les champs. Il faut que le tracteur gratte le plus de neige possible sur les côtés, sans en enlever trop, tout en tapant fortement la neige grâce à une niveleuse hivernale ou une niveleuse 4 saisons de qualité, attachée derrière celui-ci. C’est un travail de précision qui demande un certain niveau de compétence, car il devient ainsi facile de briser le sentier et le rendre impraticable. Il est important d’attendre plusieurs heures de temps froid après un nivelage hivernal avant d’y passer en quad pour éviter de recreuser des roulières immédiatement dans la neige n’ayant pas eu le temps de durcir.

Argo recrute activement chez le fabricant Arctic Cat

Les sentiers deviennent plus étroits l’hiver, ce qui fait que les gros côtes-à-côtes de 64 pouces de large deviennent, à mon avis, plus difficilement manœuvrables dans plusieurs portions de sentier, surtout lorsque l’on rencontre d’autres véhicules venant en sens inverse. Il est beaucoup plus facile de rester pris l’hiver. Le civisme est de mise ainsi que l’entraide. Les tracteurs des différents clubs ont aussi un rôle de « sauveteur » pour les gens qui ont réussi à rester coincés trop loin avec des véhicules difficiles à lever ou à tirer.

Le respect des consignes

En concluant, nous savons que l’entretien des sentiers d’été est très différent de celui de ceux d’hiver. L’outil de nivelage, que ce soit un tracteur ou une niveleuse accrochée ou les deux, demeure la meilleure manière d’avoir de beaux sentiers droits. L’entretien manuel est essentiel à la sécurité pour éviter les crevasses et les ponceaux arrachés. Finalement, été comme hiver, le respect des consignes de nos clubs est le mot d’ordre pour faciliter l’entretien des sentiers. Tout ceci est très coûteux et plus nous travaillons ensemble, plus les sentiers vont demeurer beaux pendant longtemps.

Bonne promenade et soyez prudents!