Le dossier des projets spéciaux avance à la FQCQ

La FQCQ … Quatre lettres qui en disent long

Lorsqu’il a été nommé chargé des projets spéciaux de la Fédération québécoise des clubs quad (FQCQ), Danny Gagnon savait très bien que beaucoup de travail l’attendait pour préparer la nouvelle structure du monde du quad au Québec.

« Nous avons décidé de mettre en marche des projets pilotes qui vont nous permettre de mettre à l’essai des façons de faire, qui vont faciliter la vie aux bénévoles et aux usagers qui parcourent les sentiers, d’expliquer monsieur Gagnon. Nous sommes rendus à un tournant dans notre histoire en tant que fédération.  L’activité du quad a beaucoup évoluée au Québec. Il faut vraiment s’ajuster pour répondre à la nouvelle réalité de ce loisir très important au Québec. »

Le premier projet qui est bien en selle, c’est celui de la signalisation en Outaouais.

« Ce projet est en marche. Un des objectifs, c’est d’améliorer la signalisation pour permettre aux utilisateurs de savoir en tout temps où ils sont dans le sentier. Il faut leur donner les bonnes informations. Ils pourront bien identifier les sentiers Trans Québec,régionaux et les sentiers locaux. La région de l’Outaouais sera la première au Québec où la signalisation sera conforme, autant pour les touristes que pour les utilisateurs locaux. Ça va vraiment bien à ce niveau-là. »

Droit d’accès FQCQ et Covid-19|Droit d’accès FQCQ et Covid-19

D’AUTRES RÉGIONS

Maintenant que ce projet était sur ces rails, le spécialiste se devaient de travailler avec d’autres régions, toujours dans le but de mettre à l’épreuve le système qui pourrait devenir la norme.

« Je suis actuellement en discussion avec les clubs de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean concernant un projet pilote sur la comptabilité des clubs. Un des objectifs, c’est d’alléger le travail de ceux et celles qui sont mandatés pour faire la trésorerie de leur club. Souvent, les clubs ont de la difficulté à trouver des bénévoles pour effectuer ce travail. Nous aimerions que les clubs engagent une personne dans leur région, pour la tenue de livre de l’ensemble des clubs. Cela permettrait entre autres que lorsque le conseil d’administration a une réunion, ils auraient des chiffres en mains pour présenter à ses administrateurs. Ils pourraient ainsi prendre des décisions plus éclairées concernant leur club. »

Vers un nouveau mode de financement des clubs

Un autre projet pilote que monsieur Gagnon veut mettre de l’avant concerne l’entretien des sentiers.

« Cette fois, nous nous sommes tournés vers la région du Bas Saint-Laurent afin de trouver une solution pour instaurer un système d’entretien régional pour les sentiers. Nous voulons du même coup implanter un nouveau mode de financement des clubs. Nous croyons que de cette façon, les clubs auraient les moyens financiers d’entretenir les sentiers plus fréquemment, ce qui se traduirait par une amélioration de la qualité du réseau. Les usagers seraient les premiers à en bénéficier. »

DEMANDE GOUVERNEMENTALE

N’allez surtout pas croire que les dirigeants ont pris la décision de changer des choses sans y avoir bien réfléchi.

« Ça fait des années que le gouvernement demande à la Fédération de revoir son modèle d’affaires. Les autorités considèrent que notre modèle d’affaires actuel est passé date. De plus en plus, il faut se préparer à ce qu’il soit difficile de trouver des bénévoles pour prendre en charge les clubs. »

Les projets pilotes sont donc le début de ce virage qui devenait nécessaire.

« C’est  un changement important que nous abordons présentement pour l’avenir de l’activité. J’étais en assemblée dans une régionale dernièrement où le président avait 78 ans. Il est certain qu’il ne pourra pas donner encore beaucoup d’années comme bénévole. Cette situation, nous l’avons à plusieurs endroits. Il faut arriver avec une solution intéressante pour les clubs, qui permettra d’assurer la pérennité de l’activité.»

Congrès de la FQCQ 2019 – La transparence à l’ordre du jour

TOUJOURS LE RESPECT

Lors de vos sorites en quad, il est très important de bien respecter la signalisation et surtout, de ne pas circuler dans des endroits où il est interdit de le faire. Ce n’est pas parce que l’on trouver un site beau et que l’on a l’impression que ça serait agréable d’y circuler, qu’on peut le faire. Il peut y avoir des droits d’accès qui sont consentis à des compagnies pour différentes raisons, où on retrouve des chemins forestiers. Ils peuvent vous paraître invitants mais dans la très grande majorité des cas, ils sont interdits aux véhicules hors route. Donc, à moins de détenir une autorisation écrite, il est interdit de circuler sur ces routes. Elles sont réservées aux travailleurs des différentes compagnies qui les empruntent dans le cadre de leur travail.

Offre d'emploi : Coordonnateur(trice) de la salle des nouvelles

AVIS IMPORTANT

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs vient tout juste de lancer un avertissement aux utilisateurs de quad. Il est demandé de ne jamais circuler le long des berges, dans les plans d’eau et les milieux humides. Il faut demeurer sur les sentiers prévus pour les VTT et toujours emprunter un pont pour traverser un cours d’eau. Circuler sur ces sites peut entraîner de l’érosion, qui pourrait en venir à perturber la qualité de l’habitat des poissons. Ces sites sont très riches en biodiversité.