Quadistes, sommes-nous trop conciliants vis-à-vis les non-membres ?

Quadistes

Ce weekend, je voulais aller jouer au golf… Je me présente à ce terrain privé sans être membre et sans invitation. J’avais visité leur site web et la qualité des installations et du terrain me semblait remarquables! Je m’installe tout bonnement, mine de rien, au départ du premier trou et me prépare à frapper ma balle. En moins de temps que ça prend pour planter un tee, je me suis fait sortir du terrain cul par-dessus tête par les membres en règle à grand coup d’insultes … Mais c’était quoi leur problème ? Le problème, c’était moi bien évidemment !!!

Vous comprendrez que cela n’est jamais arrivé, mais je voulais me servir d’un exemple-choc comme cela pour mettre en lumière que les membres d’un club de golf privé défendraient probablement avec vigueur leur club et le terrain où ils pratiquent leur sport. Et tout cela avec raison. Alors, pourquoi, nous, en tant que membres de club de quadistes, n’agissons-nous pas ainsi ? Pourquoi ?

Quadistes, sommes-nous trop bonasse ?

Dans la vraie vie, lorsqu’on circule sur les sentiers fédérés, on n’a pas besoin de rouler très longtemps avant de rencontrer d’autres quadistes dont le véhicule n’arbore pas la vignette de la FQCQ. On se dit tout bonnement que ce n’est pas à nous à jouer à la police et on les laisse continuer leur petit bonhomme de chemin. Dans ce contexte, les illégaux (non-membres) peuvent profiter des sentiers de NOS clubs financés avec NOTRE argent. Nous sommes vraiment bonasses, car, dans le fond, ces gens-là nous volent carrément en pleine face en ne contribuant pas à l’entretien des sentiers.

Imaginez maintenant un monde où les membres inviteraient les récalcitrants à sortir des sentiers, en leur expliquant (poliment, mais fermement) qu’ils doivent acheter leurs droits d’accès pour profiter, au même titre que nous, du privilège de circuler sur le réseau fédéré. Les non-membres y penseraient probablement à deux fois avant d’emprunter le sentier fédéré puisqu’ils sauraient qu’ils ne seraient pas les bienvenus et se feraient interpeler par les membres en règle qu’ils croiseraient. La randonnée leur paraîtrait probablement beaucoup moins intéressante. C’est d’ailleurs pour cela que les clubs privés de golf ont très peu de problèmes avec les non-membres… Du moins, c’est beaucoup moins fréquent que ce que l’on vit dans les sentiers de quad.

Polaris - Nouveautés VTT et Côte-à-côtes 2023

Les agents de sentiers

Oui, oui, je sais, il y a des agents de sentiers (patrouilleurs) dont un des rôles est de valider les papiers des utilisateurs. Mon expérience personnelle m’a appris qu’en dehors des activités ou rassemblements des clubs ou de la FQCQ (Jamboree, Festival Quad Matapédien, etc.), il est très rare de croiser un barrage ou de se faire contrôler. En 6-7 ans, cela ne m’est pas arrivé une seule fois. Alors, ma constatation est qu’ils sont en trop petit nombre pour couvrir un si vaste territoire. La Fédération travaille d’ailleurs sur ce problème, mais même en doublant ou en triplant les effectifs, de l’aide et du support provenant des membres en règle seraient assurément les bienvenues.

Quadistes, sommes-nous trop bonasse ?

Modifier nos habitudes et devenir ambassadeurs de notre sport et de nos clubs

On peut donc se poser la question tous ensemble à savoir s’il ne serait pas le temps de changer nos habitudes lorsque nous rencontrons des non-membres dans les sentiers. Ceci ne veut pas dire de jouer à la police, mais peut-être d’éduquer ceux qui circulent sans vignette à l’impact négatif que cela a sur la survie de son club, sur la pérennité des sentiers et aussi de la pratique du quad. De plus, les délinquants souvent ne réalisent pas que dans le fond, ils volent les autres usagers.

Il faut aussi leur faire comprendre que ce n’est pas en refusant d’acheter leur droit d’accès que les sentiers vont prendre du mieux. Oui, il y a des clubs qui se trainent les bottines comme on dit, mais cela, c’est une autre histoire et dans ces cas-là, alors, on peut simplement acheter son droit d’accès dans un autre club afin de manifester notre insatisfaction.

Oui, il y aura toujours des récalcitrants viscéraux qui, peu importe les circonstances, vont s’opposer à acheter leur droit d’accès pour diverses raisons, idéologies ou juste pour la forme. Je suis peut-être optimiste, mais je crois que ceux-ci ne représentent qu’une petite minorité et un jour ou l’autre, ils finiront par se faire prendre et devoir payer que ce soit par des agents de sentiers ou encore mieux pas des policiers en quad.

Tour de la Gaspésie 2022 - Jour 2

Quadistes, sommes-nous trop bonasse ?

Le fait que le prix du droit d’accès vendu en sentier passera à $500 dès 2021 en fera réfléchir plus d’un au moment d’emprunter un sentier fédéré. Encore faut-il que le message se rende aux quadistes qui n’ont pas l’habitude d’acheter leur droit d’accès.

En terminant, en tant que membres de clubs fédérés, ne croyez-vous pas qu’il est grand temps qu’on arrête de faire profiter de nous par les délinquants ?