Mon premier contact avec la gamme des Arctic Cat Alterra

Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra|Arctic Cat Alterra

Depuis quelques années, je me questionnais sur les VTT Arctic Cat. Lors de ma première saison en tant que chroniqueur, j’eus la chance d’essayer le Wildcat XX. Un vrai Tank. Mais qu’en est-il de la gamme de VTT Alterra? Sont-ils aussi robustes, confortables et performants? Heureusement cet été, grâce à Arctic Cat, nous avons la chance de faire l’essai de l’Alterra 700 et Alterra TRV 700.

Arctic Cat Alterra

Notre aventure débute un vendredi matin, avec mon collègue et collaborateur en chef Denis. Il m’a donné rendez-vous à Matane (Récit d’une randonnée…). À bord de son camion, deux véhicules nous attendent. À ma grande stupéfaction, ils ont respectivement 0 et 3 km au compteur. C’est avec plaisir que nous avons donc commencé le rodage de nos deux machines en essais. C’est un moment particulier que de partir avec une machine flambant neuve, je ne me lasse pas de cette sensation. Comme mentionné dans notre teaser Facebook, nous avions des pneus à niveler et des kilomètres à parcourir. Sans plus d’attente, voici mes premières impressions et opinions sur ces deux unités.

Arctic Cat Alterra

Au premier regard, je remarque une chose très importante : la facilité d’accès pour se rendre au filtre à huile. Cela peut paraitre anodin, mais un véhicule pensé pour faciliter la maintenance est un avantage sans contredit pour le quadiste désirant exécuter l’entretien de son véhicule. J’ai pour mon dire que si l’accès est facile, il est plus aisé de se motiver à exécuter cette tâche. Bien que celle-ci puisse sembler anodine, elle est très importante pour la durée de vie de votre véhicule. Dans notre cas, le TRV et l’Alterra présentent tous deux cette facilité d’accès.

Arctic Cat Alterra

Avant de partir, un aspect important est la capacité de transporter le nécessaire : outils, télécommunications, eau, vive, etc. Malheureusement, l’Alterra offre seulement un petit coffre à l’arrière. Le TRV fait mieux avec un petit coffre supplémentaire sur le devant du siège. Celui-ci est vraiment intéressant pour vider nos poches. Celui-ci est bien pratique, car il offre un espace facile d’accès pour y mettre lunettes de soleil, portefeuille et téléphone cellulaire. Ceci étant dit, je crois qu’il manque un peu d’espace de rangement sur ces deux véhicules à leur sortie de l’usine. Du côté positif, les gens qui travaillent avec leur véhicule aimeront les supports à bagage tout en métal de l’Alterra. Il est vraiment facile d’y attacher sacs et accessoires. Le TRV est plus raffiné pour sa part et offre un cargo en métal recouvert de plastique. Dans son cas, il y a un peu moins de possibilités d’ancrages, mais il est quand même facile de sécuriser notre charge. En fin de compte, le TRV fait quand même bien, l’Alterra pour sa part manque assurément de rangement fermé dans sa configuration d’origine.

Avançons maintenant!

Premier constat, le levier d’embrayage est d’une douceur que j’ai rarement rencontrée sur des quads. Il se pousse avec une aisance déconcertante. L’engagement avec précision n’est pas toujours très évident au début, car on manque de repères. Toutefois, lorsqu’habitué au véhicule, il devient vraiment aisé de sélectionner le bon mode de conduite et cela tout en douceur.

La servodirection est bien présente surtout sur le TRV. Les deux véhicules offrent une bonne maniabilité. L’Alterra me semble plus précis, car j’ai remarqué qu’à plus grande vitesse le TRV se déplace énormément de gauche à droite avec peu de mouvements au niveau du guidon. Toutefois, à basse vitesse, il est beaucoup plus aisé de contrôler le TRV. Celui-ci est franchement plaisant à conduire dans les sentiers sinueux. Il enchaîne les virages avec légèreté et aplomb. L’Alterra a pour sa part une légère tendance à plonger à plus grande vitesse. Un caractère que je tenterai de maitriser sur mon essai à plus long terme. Sans être incontrôlable ou à outrance, c’est un aspect du comportement du véhicule à avoir à l’esprit. Spécialement si l’on veut négocier les courbes agressivement. Cela dit, ces deux unités sont agréables à conduire, il est facile de prendre les courbes et les aléas de nos sentiers avec souplesse.

Suspension

Arctic Cat Alterra

Au niveau de la suspension, le TRV offre un roulement très confortable et est vraiment stable en virage. L’empattement plus long permet une meilleure portance que sur son alter ego d’une place. Dans l’ensemble, le TRV travaille très bien dans les bosses et trous. Pour ce qui est de l’Alterra, celui-ci prend bien le sentier, mais n’offre pas le même confort ou stabilité en virage. Le travail est fait avec l’Alterra, mais du point de vue de la suspension, je n’ai pas le choix de reconnaître la supériorité du TRV qui porte mieux dans l’ensemble.

Au niveau des performances, le moteur en essai sur les deux machines est le monocylindre de 695 CC de Textron. Celui-ci s’est par ailleurs vu amélioré depuis les modèles 2019. À priori, nous retrouvons une motorisation simple et facile d’entretien. Comme pour l’ensemble des moteurs monocylindres à large volume, celui-ci offre un bon torque. Toutefois, comme la plupart des véhicules de la catégorie, il y a moins de chevaux-vapeur que sur les bicylindres Américaines.

Arctic Cat Alterra

Ma première impression est que les deux véhicules sortent bien de la boite, les accélérations à partir de l’arrêt jusqu’à la vitesse de croisière de sentier sont respectables. Les reprises à haute vitesse ne sont pas éblouissantes, mais elles demeurent convenables. Au niveau du roulant, vous ne battrez pas de records de vitesse. Mais, dans l’ensemble, les deux véhicules ont suffisamment de puissance pour être agréables en sentier.

Arctic Cat Alterra

Au moment d’écrire ces lignes, le plus impressionnant est la valeur offerte par le TRV. Présentement, son prix indiqué est inférieur au prix de l’Alterra et tous deux sont sous les 10 000 dollars. Dans ce contexte, magasiner un TRV peut-être un excellent choix. Ce ne sont peut-être pas les VTT les plus impressionnants sur le marché, mais avec leurs coûts d’acquisitions sont accrocheurs. Définitivement, ces deux machines se taillent une place intéressante dans l’échiquier pour le consommateur soucieux d’en obtenir plus pour son argent.

Arctic Cat Alterra

Finalement, Les deux Alterra en essais sont de bons véhicules offerts à un prix raisonnable. J’ai un petit penchant pour le TRV qui convient bien à une famille comme la mienne, mais je dois dire que j’ai beaucoup de plaisirs au guidon de l’Alterra. Je vous reviendrai avec un bilan plus complet prochainement pour donner suite à mes essais. D’ici là, je vous souhaite une bonne saison.